Mousqueton à tringle, modèle An IX, de la manufacture d'armes de Mutzig. 

Platine gravée Mre Imple de Mutzig, poinçonnée du M sur étoile dans un cercle du contrôleur de 2ème classe Claude Merley.

Le canon, côté gauche, est daté 1813 dans une barrette et porte les lettres S.T dans un cartouche. Côté droit, il porte le poinçon de Merley et est marqué E.F, pour Empire Français. La queue de culasse est gravée Mle An 9 en lettres cursives. 

Toutes les garnitures sont poinçonnées du M de Merley et certaines portent aussi le poinçon du réviseur. Les têtes de vis et la plupart des pièces sont numérotées 48 et sur certaines figure le repère (VIII) du monteur.

Le macaron de crosse porte au centre les lettres EF et est daté ...bre 1813. La lettre B de l'inspecteur Becquet en poste en 1812 et 1813 à Mutzig est accompagnée du symbole de la Légion d'Honneur. A l'opposé figurent les lettres B.C du 1er contrôleur, Charles Bourgeois. A côté du cachet de crosse se trouve, dans un rectangle, un monogramme indéchiffrable.

Cette arme est présentée avec la longue baïonnette réglementaire de cavalerie de 55 cms de long.

Elle est en très bon état. Les marquages sont homogènes. Le bois conserve son grain et sa patine d'origine. Les garnitures de laiton ont également conservé la finition de sortie de manufacture.

VENDU

 

 

Paire de pistolets d'abordage ayant appartenu à un officier de marine. Ce type de pistolets chargés à mitraille permettait "d'arroser", lors des abordages.

Canons en bronze de très gros calibre fortement tromblonnés pour assurer une large dispersion de la charge. Culasse en acier.

Platines de type an IX non signées, en acier bronzé. Chiens à espalet. Bassinet en laiton.

Monture de noyer blond verni. Garnitures en laiton.

Cette paire est typique de l'époque. Cette paire est en bel état, dans une belle patine. L'une des armes comporte une réparation très discrète sous la platine.

Longueur 31 cms

VENDU

Sabre d'officier, modèle de manufacture, du modèle 1816. Garde à trois branches, les deux branches secondaires joignent un plateau formé par la branche principale se terminant par un quillon recourbé vers le bas caractéristique du modèle. Calotte bombée à courte queue. Tous les éléments de la garde sont feuillagés et dorés. L'extrémité des branches de garde et le quillon sont décorés d'une rosette. Poignée en cuir noirci filigranée de fils de cuivre torsadés.

Lame légèrement courbe en acier poli blanc, plate et à jonc, comportant un long contre-tranchant vers la pointe. Dos gravé "Manufacture Royale du Klingenthal Mars 1819".

Fourreau en acier poli blanc à deux anneaux de bélière, dard asymétrique. Côté contre-garde le fourreau porte une inscription joliment calligraphiée : "Modèle de 1816 - Le Marquit (sic) de Bellune à M Floriot - 1823",

Provenance : Marquis de Bellune, descendance du Maréchal Victor

Napoléon, Victor, Eugène Perrin, marquis de Bellune (1799 - 1852): quatrième enfant de Claude, Victor, Perrin Duc de Bellune, dit Victor, Maréchal de France.

Claude, Victor, Perrin, dit Victor, Duc de Bellune, Maréchal de France (né le 7/12/1764 à Lamarche, mort le 1/03/1841 à Paris) : Fils de Charles Perrin et de Marie-Anne Floriot. Il s'engage comme tambour en 1781. Il obtient son congé en 1791 et s'établit épicier à Valence. Il reprend du service en 1792 et rejoint l'armée d'Italie, où il s'illustre. Il participe au siège de Toulon, où il rencontre Bonaparte et se lie d'amitié avec lui. Il est alors nommé Général de Brigade en 1793 à 29 ans. Il passe ensuite à l'armée d'Italie où il fait les campagnes de 1795 et 1796. Il est nommé Général de Division en 1797 sur proposition du Général en Chef Bonaparte. Il enchaîne les actions d'éclat. Il participe à la seconde campagne d'Italie, pendant laquelle il s'illustre encore à Montebello et à Marengo. Il est créé grand officier de la Légion d'honneur le 14 juin 1804. Mis en disponibilité, il reprend du service en 1806. Il est à Iena, à Friedland. Il est fait Maréchal d'Empire le 13 juillet 1807. Gouverneur de la Prusse et de Berlin, il est confirmé Maréchal d'Empire en septembre 1808. Il participe ensuite à la campagne d'Espagne en tant que Commandant en Chef du 1er corps d'armée. Il quitte l'Espagne pour rejoindre la Grande Armée en avril 1812 et participer à la campagne de Russie. Il s'illustre en protégeant le passage de la Berezina à un contre cinq. En 1813, il participe à la campagne d'Allemagne, puis en 1814 à la campagne de France. Lors de la première Restauration, il rallie Louis XVIII, auquel il restera fidèle même pendant les Cent-Jours. Il est nommé Major Général de la Garde Royale à la seconde Restauration, puis Ministre de la Guerre en 1821. Il refuse de prêter serment à Louis-Philippe en 1830, se retire et meurt miné par ses blessures en 1841.

Floriot : il s'agit d'un cousin du Marquis de Bellune, descendant d'un frère de la mère du Maréchal.

VENDU

Sabre dit "à la chasseur" d'officier du génie, équipé de sa dragonne d'officier subalterne en passementerie dorée avec ruban en galon "cul de dé" et frange en "corde à puits".

Garde à trois branches, la branche principale formant le quillon recourbé vers le bas. Oreillons en navette sculptés, côté garde d'une cuirasse et côte contre garde de la branche de chêne et de la branche de laurier entrecroisées. Calotte à longue queue ciselée de feuillages. Poignée en bois recouvert de cuir et filigranée d'un fil torsadé entouré de fils simples.

Lame plate à jonc, polie blanc. Fort contre-tranchant. Pointe en langue de carpe.

Fourreau de fer à deux anneaux de bélière. Bracelets de bélière en laiton sculptés d'une cuirasse, côté garde. Dard en boule sur le modèle des sabres d'honneur.

VENDU

Sabre d'Officier d'Etat-Major ou d'Aide de Camp du modèle défini par le règlement du 1er Vendémiaire An XII.

Plutôt qu'une longue description, nous renvoyons au descriptif et aux planches de représentation jointes au règlement. Le sabre présenté est en tous points conforme au modèle type, représenté Planche 5 du règlement, qui stipule : "sabre demi-courbe, dont la poignée sera en ébène, les garnitures en métal doré, et le fourreau en fer bronzé".

La poignée est en ébène à stries obliques. La branche de garde incurvée joint la croisière à angle droit et se termine par un quillon en forme de mufle d'animal. Elle comporte en son sommet une fente pour le passage de la dragonne. La calotte arrondie est à base droite. Le noeud de corps rectangulaire est gravé d'un casque brochant un trophée d'armes. Les oreillons sont en forme d'écusson ornés d'une palmette.

Lame courbe à un pan creux, polie blanc, bleuie au tiers et décorée de motifs dorés.

Fourreau de fer. Cuvette, bracelets de bélières rectangulaires et bouterolle sont en laiton doré. Dard caractéristique, élégamment sculpté de feuillages. 

Règlement du 1er Vendémiaire An 12 : il est publié chez Magimel, libraire pour l'art militaire, quai des Augustins N° 73.

Il décrit de façon extrêmement précise l'uniforme et les équipements des Officiers Généraux et des nombreux membres des  Etats-Majors. Il comporte, en annexe, des planches gravées par Adam d'une remarquable finesse. Nous présentons le sabre avec un fac-similé de la planche concernée.

VENDU

 

Miniature d'un petit pistolet à l'écossaise. Il s'agit d'un travail du XVIIIème siècle.

Il est présenté dans une minuscule boîte en noyer portant le blason de Blair de Balthayock, dont l'ascendance remonte à 1204: une colombe, les ailes déployées et la devise, « Virtute Tutus ». Blason, qu'en héraldique écossaise, seul le chef de clan peut porter.

La boîte contient, outre le pistolet, deux canons, l'un court, l'autre long et leur clé de démontage. La crosse est joliment gravée de motifs floraux, ainsi que le coffre. Celui-ci est gravé BLAIR.  Le chien à espalet comporte un système de sécurité. La détente est rétractable. 

Il s'agit d'un travail de maîtrise de grande qualité ou d'un travail de présent réalisé par un armurier pour le chef de clan.

Objet très intéressant de par la qualité, l'attribution et l'époque de réalisation.

VENDU

Page 2 sur 28