Dessin à la plume, aquarellé et rehaussé à la gouache de Maurice Orange, représentant un Tambour Major des Grenadiers sous le Premier Empire. La scène le montre, accompagné de deux tambours, alors qu'il s'adresse à un sapeur.

La composition d'ensemble, la précision uniformologique et la richesse des couleurs et des contrastes sont caractéristiques des oeuvres de Maurice Orange. Elles ont fait sa réputation.

Le tableau est signé Maurice Orange en bas à gauche. Il est présenté sous-verre dans un cadre doré. Au dos figure, au crayon, la mention "Maurice Orange 1868 1916 - Plume, aquarelle, gouache".

Largeur 45 cm, Hauteur 54 cm.

Maurice Orange : peintre et dessinateur français né le 9 mars 1867 à Granville et mort le 28 février 1916 dans le 7 arrondissement de Paris. Il révèle rapidement des dispositions pour le dessin et ses premiers professeurs l’engagent à s’inscrire à l’École des beaux-arts de Paris. Il se lie avec Édouard Detaille. Il se spécialise dans la peinture d'histoire et en particulier dans l’épopée napoléonienne. Il obtient des médailles et des bourses de voyages. La découverte de l’Espagne, de la Grèce, de l’Italie, du Portugal, de l’Afrique et surtout de l’Égypte lui fournit ses sources d'inspiration. Il utilise toutes les techniques : huile, aquarelle, gouache, fusain, pastel. C'est un coloriste réputé pour sa manière de traiter la lumière.

Prix : 2500 €

Dessin à la plume, aquarellé et rehaussé à la gouache de Maurice Orange, représentant un Officier d'Etat Major sous le Premier Empire.

Il est représenté, en pied, en train de lire une carte. Il porte la Légion d'Honneur sur la poitrine et tous les attributs des officiers d'Etat Major : plumet et brassard bleu. Il a au côté le sabre caractéristique de sa fonction, tel que défini par le règlement du 1er Vendémiaire An XII.

L'aquarelle est signée en bas à droite Maurice Orange. Elle est présentée sous-verre dans un cadre doré. En bas du passe-partout, figure la mention écrite au crayon de la main de l'artiste "Officier d'Etat Major Général de Brigade 1er Empire", ainsi qu'un cachet de collection illisible.

La qualité, la précision uniformologique et la finesse des oeuvres de Maurice Orange, pour lesquelles il est tant apprécié, se retrouvent dans ce tableau.

Largeur 60 cm, Hauteur 74 cm

Maurice Orange : peintre et dessinateur français né le 9 mars 1867 à Granville et mort le 28 février 1916 dans le 7 arrondissement de Paris. Il révèle rapidement des dispositions pour le dessin et ses premiers professeurs l’engagent à s’inscrire à l’École des beaux-arts de Paris. Il se lie avec Édouard Detaille. Il se spécialise dans la peinture d'histoire et en particulier dans l’épopée napoléonienne. Il obtient des médailles et des bourses de voyages. La découverte de l’Espagne, de la Grèce, de l’Italie, du Portugal, de l’Afrique et surtout de l’Égypte lui fournit ses sources d'inspiration. Il utilise toutes les techniques : huile, aquarelle, gouache, fusain, pastel. C'est un grand coloriste réputé pour sa manière de traiter la lumière.

VENDU

 

Grand portrait gravé à l'aquatinta par Mécou représentant Napoléon 1er, tel que peint par Isabey.

Il est représenté, en pieds, en grande tenue d'apparat, avec le grand collier de la Légion d'Honneur, son épée sertie du Régent, devant son trône.

La gravure porte en titre Napoléon Le Grand et les grandes armes impériales.

A gauche, en plus petits caractères figurent les mentions, "Peint par Isabey, 1812" et à droite "Gravé par Mécou".

Tout en bas on lit "Se trouve à Paris chez l'auteur, Rue des trois frères N°7" et "Déposé à la Direction Générale de l'Imprimerie et de la Librairie".

Cadre doré feuillagé d'époque. 83 x 60 cm cadre compris.

André-Joseph Mécou : né en 1770 à Grenoble et mort le  à Paris est un graveur et lithographe français. Il est connu pour avoir gravé de nombreux portraits de la famille de Napoléon basés sur les peintures de Jean-Baptiste Isabey.

VENDU 

Aquarelle signée d'Edmond Lajoux, en bas à gauche. Elle est dédicacée : "Au Lieutenant Willing avec mon meilleur souvenir".

Elle représente différentes tenues portées par les Dragons et les Chasseurs à Cheval. 

En bas à droite figure l'esquisse d'un dragon harnachant son cheval.

Cette intéressante étude est présentée dans un cadre "baguette" noir souligné d'or avec passe-partout.

H 57 cm, L 42 cm.

Edmond Lajoux : né le 26 février 1890 à Charenton-le-Pont, † le 10 juillet 1960 à Montpellier ; artiste peintre, homme de lettres, peintre des régiments de chasseurs et peintre aux armées.

Prix : 1200 €

Huile sur panneau de Henry Dupray, représentant un carabinier à la garde aux chevaux.

Le cavalier est représenté dans l'uniforme blanc à distinctives bleues adopté en 1810 avec le cuirassement. Il porte la cuirasse recouverte de laiton laminé et le casque à chenille rouge. Il tient en main les rênes de son cheval et celles de l'officier, que l'on aperçoit en observation à l'arrière plan.

L'oeuvre est signée en bas à droite H Dupray. Elle est présentée dans un bel encadrement d'époque en bois doré.

Au dos a été collée une étiquette donnant le c.v d'Henry Dupray, ainsi que quantité de références permettant d'établir sa cote.

H 43 x L 35 cm avec encadrement. H 33 cm x L 24 cm sans encadrement.

Henry-Louis Dupray : peintre né à Sedan le 3 novembre 1841, mort à Paris en avril 1909, élève de L.Cogniet et de Pils. Il est décoré de la Légion d'honneur en 1876. Il expose au Salon de Paris à partir de 1863 des sujets militaires peints avec vivacité pour lesquels il obtient de nombreuses récompenses.

Pour mémoire : les deux régiments de Carabiniers étaient cantonnés à Lunéville. Bien qu'étant l'élite de la cavalerie lourde, Napoléon ne les intégra jamais dans sa Garde. Il avait des craintes sur la loyauté de ces régiments encadrés par des Officiers de vieille noblesse, craintes qui ne se vérifièrent jamais, puisque le comportement de ces troupes fut toujours et en tous points exemplaire. Pour beaucoup, ces régiments étaient les plus beaux de l'armée napoléonienne. 

VENDU

Aquarelle de Maurice Toussaint représentant une halte du 7ème régiment de hussards au bord d'une rivière. Au premier plan deux officiers discutent. Au second plan les cavaliers en profitent pour abreuver leurs chevaux. A l'arrière plan on devine le reste de la troupe. 

Cette aquarelle est d'une grande précision uniformologique. Tous les cavaliers sont en grande tenue, pelisse chaussée, laissant supposer, que la scène se déroule en hiver. 

L'encadrement est constitué d'un passe-partout beige et d'une simple baguette de bois. Dimensions : 48 cm x 58,5 cm.

7ème de Hussards : l'un des plus célèbres régiments de l'arme. Il forma la fameuse Brigade Infernale avec le 5ème Hussards sous les ordres de Lasalle. Son étendard porte Iena 1806, Heilsberg 1807, La Moskova 1812, Hanau 1813.

Uniforme : dolman vert à parements et col rouge, pelisse verte, culotte rouge, tresse jaune.

Maurice Toussaint : né le 5 septembre 1882 à Fontenay-aux-Roses, mort le 3 décembre 1974 à Lyon. Il acquiert une solide réputation pour sa maîtrise des sujets militaires et en particulier de l'uniformologie. Il illustre de nombreux ouvrages. Il participe entre autres à l'illustration des planches Bucquoy.

VENDU