Sabre de cuirassiers modèle An XIII.
Lame, à l'état neuf, droite à double pans creux à pointe dans le prolongement du dos, marquée AP pour Ateliers de Paris et poinçonnée au faisceau de licteur.
Garde de laiton à plateau, à quatre branches. Calotte à courte queue portant sur le dessus, le poinçon B étoilé dans un cartouche du second contrôleur Philippe Bick revenu de Tulle à Versailles en décembre 1813. Dessous du plateau portant de nombreuses marques des monteurs.
La branche principale de garde porte la barrette de Versailles et le poinçon C étoilé dans un ovale de Vivien de Chateaubrun, inspecteur à Versailles de 07/1813 à 12/1813.
Poignée gainée de cuir noir, filigranée de laiton torsadé.
Très fort fourreau à deux anneaux de bélières se terminant par un dard en forme de lyre.
Témoignage d'une sombre époque : ce sabre peut être daté très précisément de décembre 1813. La présence d'une lame fabriquée bien antérieurement (mais à l'état neuf) peut s'expliquer par la pénurie d'armes. La seconde moitié du mois de décembre 1813 marque l’entrée de 230 000 hommes des troupes coalisées sur le territoire français. L'alsace et Klingenthal, où sont traditionnellement forgées les lames est occupée.

VENDU

Sabre d'officier de cavalerie légère pouvant être daté du début de l'empire.
Garde à une branche arrondie, perlée et fendue pour le passage de la dragonne. Oreillon en forme d'écu sur base rectangulaire. Quillon rainuré en pavillon de trompette. Calotte plate à courte queue. Poignée en bois noirci finement quadrillée.
Intéressante lame caractéristique de la période.
Côté garde, elle est gravée de la mention "Terreur des Albions", surmontée de l'aigle impériale dans un ovale, comme aux sabres de combat des officiers de chasseurs à cheval.
Côté contre-garde, elle porte la mention "Vainqueur à Austerlitz", surmontée d'un ange, dans un ovale, embouchant la trompette de la renommée.
Fourreau de laiton uni. Dard en acier.
La lame est certes piquée, mais les gravures sont nettes et profondes et conservent des traces de dorure.

VENDU

Couteau de Ceylan dit Piha Katea en argent et or avec son batardeau.

VENDU

Sabre de cuirassiers modèle An XIII (branches de garde touchant la calotte).
Lame droite à double pans creux à pointe dans le prolongement du dos poinçonnée du L dans un cercle de F.L Lobstein, réviseur à Klingenthal de 06/1804 à 03/1829, du B dans un cercle de J.G Bick, contrôleur de 02/1809 à 07/1819, ainsi que du P étoilé dans un cercle de Jean Pache, inspecteur de juin 1811 à décembre 1811.
Lame gravée au dos Mfture Imple du Klingenthal juin 1811.
Garde de laiton à plateau, à quatre branches. Calotte à courte queue portant le poinçon F de J B Lefebvre, contrôleur à Versailles de 01/1811 à 12/1813. Dessous du plateau portant de nombreuses marques des monteurs.
Dessus du plateau frappé de la barrette de Versailles, poinçonné du J de J-B Jacquesson inspecteur à Versailles à partir de novembre 1809 et du F de J B Lefebvre.
Poignée gainée de cuir noir, filigrané de laiton torsadé.
Fort fourreau à deux anneaux de bélières se terminant par un dard en forme de lyre.
P.S : pour mémoire, la moitié des lames forgées à Klingenthal était montée sur place, l'autre moitié était expédiée à Versailles.

VENDU

Rarissime sabre de combat d'Officier des Chasseurs à Cheval de la Garde Impériale du Premier Empire. 

Garde à trois branches à la chasseur, poinçonnée de DUC. Calotte à longue queue. Quillon à enroulement recourbé vers le bas. Le tout bordé de filets. Poignée de bois recouverte de cuir noir sans filigrane. 

Lame d'acier poli glace, bleuie au tiers et décorée, sur chaque face, de trophées d'armes, d'un soleil et de l'aigle couronnée dans un ovale caractéristique de ce modèle. Dos de la lame arrondi gravé, "Chasseur à Cheval de la Garde Impériale".

Fourreau d'acier poli à deux larges bracelets de bélière de laiton bordés d'une forte moulure.

Les exemplaires connus de ce type de sabre se comptent sur les doigts d'une main.

VENDU

Luxueuse épée d'officier général.
Garde à une branche ciselée de feuillages. Calotte décorée de volutes, ornée d'une femme tenant un rameau d'olivier, guidant un cheval fougueux, symbole de la pacification.
Plaquettes de nacre, portant le buste de la déesse Hathor, mère de tous les Dieux et déesse de la fertilité.
La virole est décorée de feuilles d'acanthe.
Le plateau représente, entre deux palmiers, un lion et une lionne veillant sur deux lionceaux, symbole de la famille, de la protection et de la puissance. Le lion, roi des animaux est aussi le symbole du général toujours victorieux.
Les deux extrémités du plateau comportent des médaillons ornés du visage de l'Empereur représenté à l'antique.
La lame à section losangée est bleuie au tiers et décorée de feuillages dorés.
Le fourreau de cuir noirci est à deux garnitures. La chape ciselée de toiles d'araignée comporte une bouton sculpté d'une abeille, symbole impérial du travail et de l'obéissance au souverain. La bouterolle est ciselée de feuillages.
Cette épée a conservé la totalité de sa superbe dorure.

VENDU