Fusil Chassepot Mle 1866, premier type (levier de culasse quadrillé et hausse à un seul feuillet), calibre 11 mm, de la Manufacture d’Armes de Tulle, gravé sur le côté gauche de la boîte de culasse Manufacture Impériale Tulle Mle 1866.

Toutes les pièces et le bois sont au même numéro, y compris la baguette : A 3509. A noter que la lettre A correspond bien aux numéros de série attribués à la manufacture de Tulle.

Le côté droit de la boîte de culasse est marqué T 1868 et MI (pour Manufacture Impériale). Le T correspond bien aux marquages de Tulle.

Côté gauche du canon les poinçons du Directeur et du contrôleur principal de la manufacture

La hausse, du premier modèle, comporte encore son bronzage.

Le macaron de crosse est daté d'octobre 1868, R, D, T de Tulle. M.I sur la cheville pour Manufacture d’Etat.

Sur la plaque de couche figurent le chiffre 2 et une ancre de marine.

La baïonnette a conservé le bronzage du fourreau adopté en 1873. Le dos est gravé Manufacture d'armes de St Etienne Juin 1873. Elle porte le numéro M 29284. Le fourreau est matriculé U42. La croisière et le haut du fourreau sont frappés de l'ancre de marine.

VENDU

 

Spectaculaire coffret nécessaire de pistolets à percussion exécuté par Houllier Blanchard. Il s'agit d'un cadeau fait par la Reine des français Marie-Amélie, épouse du Roi Louis-Philippe, vers I840.

Cette paire est présentée dans une boîte en acajou blond sertie de filets de laiton sur le pourtour et ornée au centre du couvercle d'un écusson portant la mention "Donnés par la Reine".

L'intérieur du coffret est gainé de velours vert. Cette boîte est complète de tous ses accessoires, dont la qualité d'exécution est remarquable : maillet de chargement, dosette, débouche cheminée, moule à balles, tourne vis, boîte à calepins, tire bourre, poire à poudre, baguette de nettoyage, le tout à l'état neuf. L'utilisation de corne dans la confection de certains de ces accessoires et dans le garnissage de la boîte mérite d'être soulignée.

Les platines avant finement gravées et bronzées sont toutes deux signées "Houllier Blanchard".

Les canons à pans sont bronzés, gravés à fonds gris d'arabesques à la bouche et au tonnerre. Ils sont numérotés 1 et 2 au tonnerre et portent la mention "Houllier-Blanchard à Paris" sur le pan supérieur. Ils sont fixés par clavette à la monture.

La monture à fût court est de noyer. Les crosses sont profusément et magnifiquement gravées. Le pontet comporte un repose-doigt. Toutes les garnitures sont bronzées gris et très finement gravées.

Cette boîte est à l'état neuf. Son contenu semble n'avoir jamais servi.

Houllier-Blanchard : arquebusier, installé à Paris. Il exerçait au 36-38 rue de Cléry. De nombreuses médailles d'or, d'argent et d'honneur ont récompensé son travail. Notamment, il avait un procédé pour protéger de l'oxydation l'intérieur des canons, en revêtant l'âme d'une couche de platine. Il décéda à son domicile parisien en 1871, laissant son fils Jacques Houllier comme unique héritier. Tous deux avaient formé, en 1867, une société en nom collectif pour l'exploitation d'une maison de commerce d'armes à Odessa.

Marie-Amélie de Bourbon-Siciles : née à Caserte (royaume de Naples) le  et morte à Claremont (Royaume-Uni) le 

Prix : 18000 €

Jolie petite paire de pistolets de voyage "système Gosset", du nom de l'arquebusier inventeur du mécanisme permettant d'armer et de tirer d'une seule main grâce à l'emplacement du chien sous le canon, ce qui représentait un avantage non négligeable, surtout lorsque l'on voulait utiliser les deux armes simultanément.

Canon ruban bronzé gris, marqué à l'or sur l'un "Invention Gosset" et sur l'autre "Gosset à Paris". Coffres et culasses, bronzés gris, très finement gravés de guirlandes et de vasques. L'un est numéroté 1 sous le canon, l'autre est numéroté 2.

Crosses en ébène sculptées d'écailles.

Vers 1830/1840.

GOSSET, Louis-Marin : a exercé à Paris 1822 - 1840, élève assistant de BOUTET, surtout célèbre pour ses armes à platines inférieures ( underhammer) et son emploi précurseur de la percussion à amorces.

Prix : 4500 €

 

Pistolet de Cavalerie Modèle 1777, à coffre, du premier modèle, c’est à dire équipé du crochet de ceinture.

Platine gravée St Etienne, poinçonnée du L sous couronne du contrôleur des platines Etienne Lambert (en charge de 1777 à 1784).

Canon, pan gauche, daté 80, pour 1780 et portant le poinçon B sous couronne du contrôleur Berthéas (en charge de 1777 à 1785), ainsi que le signe V. Queue de culasse gravée Mle 1777.

On devine sur certaines garnitures le J sous couronne du réviseur des garnitures Javelle (en charge de 1777 à 1784).

Côté platine, le bois est daté d'Avril 1780, date de réception de l’arme finie, et porte l’initiale A de l’inspecteur Argout (en charge de 1777 à 1781) et le B à la fleur de lys du contrôleur de l’arme finie Boulanger (en charge de 1763 à 1784).

Ce pistolet à coffre Mle 1777 est dans un bon état général avec un bon marquage de bois, alors que celui-ci a souvent disparu, car ces armes ont servi sur une très longue période, jusque sous l’empire.

VENDU

Pistolet de Cavalerie Modèle An XIII.
Platine à corps rond et chien à espalet, signée Mre Imple de St Etienne et poinçonnée du J couronné de Jean-Baptiste Javelle (contrôleur de 1808 à 1812). Intérieur de la platine frappé de l’initiale M du platineur, en parfait état. On y retrouve les mêmes marques de montage que sur les autres pièces. Bride de noix et gâchette ont conservé leur bleui.
Queue de culasse marquée MLE. AN 13 en capitales. Canon, pan gauche, daté 1811, et poinçonné du B de Blachon (contrôleur 1er ventôse an VI – 12 septembre 1812) et du C de l’inspecteur Joseph de Colomb en poste de 1804 à octobre 1811. Canon, pan droit, frappé EF (Empire Français), surmonté du B du même Blachon. Ce canon est dans son épaisseur d'origine.
Contre-platine et toutes les garnitures marquées du H surmonté d'une fleur de Hardy Jean-Baptiste, contrôleur de 1810 à 1813.
Bois marqué CB.1811 sur le côté droit de la crosse pour l’inspecteur de Colomb et le contrôleur Blachon. A l’arrière de la contre-platine figurent les initiales du platineur  EF et sur le côté gauche de la crosse est apposé le poinçon G couronné de Gouilloud (réviseur de l’An 13 à 1816).
Baguette poinçonnée G couronné de Gouilloud.
Ce pistolet est dans un état rare, proche du neuf, dans une très belle patine. Gravures et poinçons sont nets et bien marqués et parfaitement homogènes.

VENDU

Revolver d'ordonnance calibre 11 mm Modèle 1873.
Toutes les pièces sont au même numéro G 98856 (G correspondant à 1879) et les vis portent le numéro court correspondant N 56.
L'année de fabrication est reportée sur le pan droit du canon S 1879, S pour saint Etienne.
Le dessus du canon est gravé Mle 1873.
Sur le pan gauche du canon figure le poinçon M dans un cercle du Général Maignien Directeur de la Manufacture de 1873 à 1882 et le poinçon T du Contrôleur Principal.
Sur le côté droit de la carcasse est gravée la mention Mre de St Etienne.
Ce revolver est à l'état neuf. Chien et queue de détente ont conservé leur couleur jaune paille d'origine, ainsi que les pièces intérieures.
Barillet parfaitement indexé.
Fonctionnement parfait tant en simple, qu'en double action.

VENDU