Sabre des Grenadiers à Pied de la vieille Garde Impériale. Dos de la lame gravé "Mafture Imple du Klingenthal Couleaux frères". Lame poinçonnée du B dans un cercle de J.G Bick, contrôleur à Klingenthal de 02/1809 à 08/1824, ainsi que du M étoilé de C Marion, inspecteur de 12/1808 à 06/1811. Branche de garde marquée Versailles, portant la barrette de Versailles, le poinçon JC dans un ovale de J Cazamajou 2ème Contrôleur de 01/1809 à 09/1811 et le J dans un ovale de l'inspecteur Jacquesson en poste de 11/1809 à 01/1812. Cette arme est sortie de manufacture entre 11/1809 et avril 1810, date à laquelle les lames sont datées.

VENDU

Sabre des Grenadiers à Cheval de la Garde du deuxième modèle.
Garde à palmette ajourée, caractéristique des premières fabrications, frappée sur le dessus d'un poinçon illisible et sur le dessous de la marque du fondeur et d'un autre poinçon.
Poignée de cuir à filigrane tressé. Calotte portant un poinçon illisible.
Lame à la Montmorency marquée au dos "Mture Imple du Klingenthal Coulaux Frères", portant le poinçon B entouré de points de l'Inspecteur Simon de Baumaretz, en poste à Klingenthal de septembre 1803 à mai 1807 et le poinçon de J-Jacques Mouton, (dont on devine la grosse roue surmontant le M), Contrôleur de 1ère classe de juillet 1798 à février 1809.
Le fourreau de laiton comporte les deux attelles consolidées de deux bagues de renfort rivetées. Le fourreau et les bagues sont poinçonnées du J.C dans un ovale de Jean Cazamajou, réviseur à Versailles de 1803 à 1806.
Cette arme, en bon état, dans une belle patine, et dont tous les marquages sont cohérents, peut être datée de 1806.
N.B : les lames furent gravées Manufacture Impériale à partir du 31 janvier 1806. La palmette ajourée disparut vers 1807.

VENDU

Epoque : 1er Empire

Sabre des sapeurs d'infanterie de la Garde Impériale du Modèle 1804. Poignée en forme de tête d'aigle. Croisière ornée d'un mufle de lion. Doubles quillons se terminant en tête de chien. Lame postérieure à pointe dans l'axe. Dos de la lame en dents de scie marquée "Coulaux Cie à Klingenthal", poinçonnée au talon. Fourreau de cuir à deux garnitures découpées en accolade et décorées au trait. Bouton de chape en forme de mufle de lion.

VENDU

Epoque : Révolution

Imposant sabre d'Officier Général caractéristique de l'époque révolutionnaire. Forte lame superbement bleuie et décorée de symboles dorés. Monture à garde de bataille. Calotte à longue queue en forme de casque empanaché. Poignée de cuir filigranée de fils torsadés. Fourreau de cuir à trois garnitures de laiton doré et décorées au trait. Ce sabre est en très bon état et a conservé la quasi totalité de sa dorure.

VENDU

Epoque : Empire

Epée d'officier supérieur reprenant sur le pommeau les foudres de commandement. Plateau gravé de trophées d'armes. Poignée en ébène. Quillon en tête de lion. Le cuir du fourreau est d'origine à deux garnitures décorées de "toiles d'araignée". Cette arme a conservé toute sa dorure. La lame bleuie et dorée au tiers est légèrement tâchée.

VENDU

Epoque : Restauration

Epée de luxe en bronze doré d'un officier des Chevau-Légers du Roi, d'époque Restauration (1814-1815). Il s'agit d'un modèle fantaisie reprenant la symbolique des Chevau-Légers : le buste du Roi Henri IV en médaillon au centre du clavier, ainsi que des H aux extrémités du plateau. Le quillon est orné d'une fleur de lys. La poignée est d'ébène finement quadrillé. La lame est dorée et bleuie au tiers. Le fourreau en cuir (refait) est a deux garnitures de laiton doré avec le bouton de chape décoré de la fleur de lys. Cette épée conserve plus de 90 % de sa dorure
Pour mémoire : Henri IV était le symbole des Chevau-Légers. La compagnie des chevaus légers de la garde du roi (orthographe d'origine) a été créée en 1593 à partir de la compagnie d'ordonnance qu'Henri IV entretenait avant son accession au trône.

VENDU